Pas le temps de trouver un titre, j’ai des chaussettes à repriser.

C’est un matin comme les autres, assise derrière mon pc, je somnole au dessus de mon thé pendant que mes cheveux défient la gravité. Au cours de mes pérégrinations à travers les internets, je tombe sur un billet d’humeur sur l’état d’urgence, je le regarde puis, chose à ne pourtant jamais faire, je regarde les commentaires et là que vois-je ? Une remarque sur un prétendu « humour au féminin ». Alors je m’interroge. Certes l’auteur du dit-billet est une femme mais enfin, quel rapport avec la choucroute ? Aux dernières nouvelles, il me semble qu’on faisait de l’humour avec son cerveau et pas avec ses parties génitales.

Humour au féminin … J’ai beau chercher, je ne vois pas ce que ça peut bien vouloir dire. Et puis on ne parle jamais à l’inverse « d’humour au masculin ». Des fois on parle de « la perfection au masculin », mais c’est pour des rasoirs 12 lames, rien à voir.

Mais mettons. Mettons qu’il existe une forme d’humour genré, avec des nanas en robe qui font des blagues sur l’épilation et des mecs en t-shirt de foot qui font des blagues sur les rasoirs 27 lames. Je ne vois pas bien en quoi il s’agirait spécialement d’humour masculin ou féminin (je connais des mecs qui se maquillent et des meufs qui suivent le rugby avec intérêt), mais admettons.

Alors, c’est bien beau tout ça mais revenons-en à notre billet de départ. En quoi une vanne sur l’état d’urgence peut relever d’un quelconque humour féminin (ou masculin) ? De l’humour sociétal ou politique, c’est forcément neutre (en genre, je veux dire). On vit dans la même société, on se farcit les mêmes politiques, on regarde la même télé et on vit tous sous le même état d’urgence.

Ce qui me fait dire qu’au final, quand on parle d’ « humour féminin » ou de « cinéma féminin », de « BD féminine », ou de je ne sais quoi d’autre encore c’est pour dire « oh regardez c’est mignon, une femme qui fait de l’humour/réalise un film/fait de la BD avec ses jolies petites mains. Elle fait probablement ça en attendant que la tarte pomme cannelle qu’elle a mise au four ait fini de cuire, puis après elle ira accrocher des rideaux. » MAIS BOUFFE-LES TES RIDEAUX ! Hm. Pardon. Continuons.

Vous vous dites sans doute que j’exagère, que c’est juste un commentaire, une fois, sur un truc. Peut-être après tout. Peut-être que les nanas dessinatrices de BD n’accèdent même pas aux sélections parce qu’elles ne dessinent que des licornes et des poneys roses et que franchement, ça saoule. Peut-être qu’à Montreux ils ont fait tout le tour de la francophonie pour trouves des humoristes à faire découvrir mais que les filles elles essayaient de rentrer sur scène en talons aiguilles et elles tombaient. Peut-être que quand Monopoly ressort une édition spéciale Star Wars épisode VII mais n’y mets pas Rey qui en plus d’avoir des seins est le personnage principal du film, c’est vraiment pour ne pas spoiler que c’est une gentille parce que vraiment ce serait abusé de dévoiler un truc que tu apprends à la douzième minute du film et encore je compte les deux minutes d’intro avec un texte qui part au loin. Et peut-être que si Gretel et ses copines avaient eu le bon sens de garder un bras de distance avec tous les hommes présents sur une place bondée le soir du nouvel an, elles ne se seraient pas faites agressées.

Ou peut-être pas.

Et surtout la santé !

Bonne année à tous les Charlie. Nous savons qu’elle sera difficile, mais si on reste groupés, si on continue à utiliser la masse que la Nature nous a mis entre les deux oreilles à bon escient, à aimer la vie, la joie, la culture et les copains et à rire de ce qu’on veut, quand on veut et avec qui on veut, il est toujours possible, non pas que ça se passe bien (vu l’état de la planète, de l’économie et de la situation au Moyen-Orient, il serait illusoire de penser que tout puisse bien se passer) mais que d’ici décembre la situation soit un peu moins daubée, ce qui serait déjà un pas en avant.

Quant aux autres, les intégristes, les fanatiques, les communautaristes, ceux qui trouvent que la dernière une de Charlie est « lâche » ou qu’elle ne va pas assez loin et ceux qui veulent nous faire croire qu’elle insulte Pierre, Paul ou Jacques ou que Charlie est islamophobe, ceux qui sous prétexte que « bouh les vilains ils ont dessiné Dieu » ne veulent pas commémorer la mort de nos camarades (et ceux de l’Hypercasher au passage, mais il faut croire que pour eux aussi c’est un détail), ceux qui sont Charlie que quand y’a des frites à la cantine et surtout pas quand il s’agit de bouger son cul jusqu’au bureau de vote pour y foutre un bulletin (même blanc, même nul) dans l’urne parce que « tous pourris mais on va quand même pas se réunir pour tenter de trouver des solutions ou s’impliquer dans une petite liste citoyenne » ou ceux qui vont jusqu’à l’urne mais pour y coller un bulletin FN, le FN en général, la Manif Pour Tous mais aussi ceux qui expliquent aux homosexuels des quartiers que non ils n’existent pas, le PCD, les adeptes du « ni-ni », ceux qui gardent toute la rhubarbe pour eux, ceux qui veulent faire croire que la laïcité a été inventée pour faire chier les musulmans alors qu’elle a été créée pour délivrer la France des curés, ceux qui oublient ou feignent d’ignorer que Juifs, Chrétiens et Musulmans prient au final le même Dieu, ceux qui veulent nous interdire le blasphème et tous les autres connards de ces mêmes tonneaux que  j’oublie probablement (faut dire qu’ils sont nombreux)  : allez donc vous faire cuire le cul.

La vie akbar !

2015 touche à sa fin. Même sans faire partie des naïfs qui pensent que changer de calendrier nous permettra de laisser derrière nous l’horreur de ces 12 derniers mois, on ne peut s’empêcher de se réjouir. Sans doute est-ce davantage dû à une conscience plus accrue que d’ordinaire de la chance que nous avons eu de faire une nouvelle fois le tour du Soleil qu’à un réel espoir que le prochain tour se passe mieux, mais prenons ce que la vie et le hasard (à défaut de croire qu’il puisse s’agir de Dieu) nous donnent et célébrons au moins le fait que nous ayons attrapé la queue du Mickey et ayons droit à un tour de plus.

Notons que les réjouissances sont peut-être prématurées. Il reste une semaine à tenir, et pour peu que vous soyez placé à côté de l’oncle raciste à Noël et ayez comme nous perdu toute résistance à la connerie au fil des attentats, drames et autres résultats d’élections qui ont marqué l’année, il se peut que ce soit finalement l’ingestion de votre ridicule chapeau de fête en carton sous l’effet de votre rage face au propos de votre abruti de voisin qui ne viennent à bout de votre petite personne.

Dans tous les cas, quoi qu’il arrive, et même si vous êtes trainés de force à la messe de Noël et vous retrouvez obligés de partager le prie-Dieu avec un petit groupe de fachos identitaires, ne craquez pas et ne vous mettez pas à gueuler « Allah akbar ! » au milieu de la cérémonie pour troller l’assemblée. Déjà parce qu’il y a sûrement des gens très bien dedans, et que ça va bien de pourrir la vie des gens biens au passage sous prétexte qu’on veut faire chier les cons, employez des techniques de trollage chirurgical au moins pendant les fêtes, et ensuite parce qu’en plein état d’urgence avec des flics plein la nef c’est un coup à finir Noël au poste et à passer le 1er janvier assigné à résidence.  Admettez que ce serait couillon.

Quant à nous, nous nous excusons d’avoir un peu déserté en décembre. Les hasards du calendrier nous ont apporté en même temps surcharge de travail (enfin le travail chiant, pour faire bouillir la marmite) et pléthore de formalités administratives pour certains et moult examens pour d’autres, on va prendre la semaine pour picoler (un peu d’indulgence, certains ont réellement des familles compliquées !), manger trop de chocolat (noir pour Colin, ne lui dites pas que les autres consomment aussi du chocolat au lait et du chocolat blanc, quand il s’agit de chocolat il est un poil intégriste ce garçon), réfléchir à de nouvelles rubriques et revenir encore plus forts. En attendant, sortez, écoutez de la musique, allez voir L’humour à mort, lisez, riez, cultivez-vous et si vous voulez nous faire un cadeau, suivez-nous sur Twitter et Facebook, invitez vos amis et partagez nos articles. Mais surtout n’oubliez pas : La vie akbar !

Tremble Daesh, les Belges ont organisé les internets et ils ont amené leurs chats

J’ai passé le week-end coincée dans un endroit bizarre où vous étiez peut-être aussi : les limbes post-drame. Vous savez ce moment qui suit une catastrophe (personnelle ou nationale) et où vous ne voulez plus en parler, faute de quoi vous risquez de devenir fou, où vous voulez (devez !) absolument vous changer les idée mais où vous êtes absolument incapable de penser (et donc de parler) à autre chose.

Notez que tout le monde n’a pas eu ce problème, dès vendredi soir, alors que nos amis morts ne sont même pas encore enterrés, que nous sommes encore tous sous le choc, les Veilleurs (mais si vous savez, ces crétins qui aiment à se planter comme des lampadaires un peu partout, sans doute pour que vous ayez plus de facilité à faire pisser votre chien) retournaient courageusement affronter non pas Daesh, mais Christiane Taubira (qui a bien d’autres chats à fouetter) et étaient donc à ce titre plantés comme des radis sur la place Vendôme pour militer pour l’abrogation de l’égalité.

vomir

On en vient à regretter l’absence du sapin de Noël de l’année dernière pour donner un petit côté folklorique à tout ça.

Soyez donc rassurés, mes amis, l’indignité veille toujours et si vous observez attentivement la photo vous verrez qu’elle a amené un colis suspect.

J’étais donc hier soir coincée dans ces limbes où les homophobes avaient au moins le bon goût de ne pas me tenir compagnie (nous sommes dans une situation où il ne faut négliger aucun plaisir) quand tout à coup, je vois Twitter noyé sous … des photos de chats. Je remonte un petit peu pour comprendre ce qu’il se passe et j’apprends que la police belge a lancé une opération dans Bruxelles et a demandé aux médias le silence radio sur ce qui était en train de se passer. Les médias belges, qui sont décidément moins cons que les nôtres, ont tous sagement écouté.

En exclusivité, la réaction de BFM TV face à l'exemplarité et à la discipline de nos voisins.

En exclusivité, la réaction de BFM TV face à l’exemplarité et à la discipline de nos voisins.

Mais alors pourquoi les chats me direz-vous ? Et je ne vous cache pas que je ne suis pas bien sûre. Officiellement, les belges, cloitrés chez eux depuis la veille, ont décidé comme un seul homme (j’aurais bien dit comme une seule frite mais vu qu’ils sont carrément plus cools que nous sur ce coup là, j’hésite à me moquer d’eux) d’inonder le hashtag #BrusselsLockdown pour noyer d’éventuelles informations qui fuiteraient sur le réseau social via quelque abruti peu respectueux des directives de la police. Là vous me direz, noyer l’info ok mais … pourquoi des chats ? Et là je n’ai que deux réponses à vous offrir : la Belgique et les internets. Démerdez-vous avec ça.

Alors est-ce que ça a servi à quelque chose ? Concrètement, c’est dur à dire. Le hashtag a été tellement inondé de chats (et de quelques autres conneries), qu’il est impossible (sauf à passer sa journée en fouille archéologique sur Twitter, mais je ne vous cache pas que je n’en ai ni le temps ni l’envie) de savoir si de vraies infos y ont ou non fuité et donc si ces chats ont noyé un quelconque poisson.

Sur le moral en revanche, le tweet de chat se pose en must de la gestion de crise. Entre vous ronger les sangs devant les chaines d’info pour suivre à la seconde des événements auxquels vous ne pouvez de toute façon rien et tweeter des photos de chats (ou de pandas, pour ne pas avoir l’air d’un vil copieur) pour se détendre et se réconforter en attendant d’avoir les résultats, le choix devrait être vite fait. Au prochain assaut de nos forces de l’ordre, au lieu d’indiquer que le GIGN est dans les branches (oui Elise Lucet, c’est à toi que je parle) en direct à la télé, partageons des photos d’animaux mignons. Ou même d’animaux laids. Ou des vidéos de chanteurs qui a l’instar de Shy’m se ramassent misérablement la gueule. N’importe quoi vraiment, mais quelque chose pour sauver notre honneur (et éventuellement les gens dont la vie peut dépendre de la réussite de l’assaut), on a passé trop de temps à se payer la tête des belges pour pouvoir se permettre de laisser nos propres médias nous faire passer pour plus cons qu’eux !

Fluctuat nec mergitur

A un moment où il est plus que nécessaire de nous rassembler, quelques uns tentent de nous séparer. Certains (plus connus sous le nom de « Front National » ou de « Nicolas Sarkozy ») appliquant la bonne vieille technique du « diviser pour mieux régner » d’autres … Je ne sais pas, je ne comprends pas les autres.

Dans les appels à la résistance, beaucoup suggère de s’aimer, écouter de la musique, manger, baiser et boire. Apparemment, « boire » serait excluant. En appelant à boire, on exclurait les musulmans de ce grand « nous » collectif. Pourtant, on ne dit pas « buvez sinon vous n’êtes pas Français », on ne dit même pas qu’il faut absolument boire pour résister. Boire vient dans une liste d’options, qui n’a pas été dressée au hasard, et pas parce que le pinard entre amis serait une valeur ou une tradition française (il me semble d’ailleurs que le fait de boire ENTRE AMIS est plus important ici que ce qu’il y a dans le verre) mais parce que parmi les victimes, il y avait des gens qui étaient juste posés en terrasse à boire un mojito. Mais si pour leur rendre hommage nous décidons de tous boire un mojito à 21h ce soir, rien n’empêche ceux qui ne boivent pas d’alcool pour raison religieuse, médicale ou simplement de goût de prendre un virgin mojito.

Petite démonstration par l’absurde. Je suis diabétique (type I, insulino-dépendant). Je n’ai bien évidemment pas choisi, encore moins que l’on choisi sa religion. Il y a une « étiquette » à adopter quand on a un ami diabétique. C’est principalement de la politesse et du bon sens. C’est tout simple, quand il s’agit de bouffe, vous lui en proposez normalement et s’il dit non merci, vous n’insistez pas et votre ami diabétique ne se vexe pas. Notez que la vie serait plus simple si on appliquait cette petit règle à tout le monde, y compris dans les restaurants scolaires. Mais revenons à nos moutons. Imaginons maintenant qu’au lieu de mojitos et de verres de vin, nos camarades aient été en train de boire de la limonade. C’est bon aussi la limonade, mais c’est sucré. Tous les appels diraient « écoutez de la musique, dansez, aimez, buvez de la limonade ». Et là imaginez que je me mette à râler au nom de tous les diabétiques (qui ne m’ont rien demandé) qu’on nous exclut, que c’est un scandale, que ce n’est pas parce que nos pancréas ne sont pas en état de marche que nous sommes moins français et blablabla puis là que je parte en canon sur les bonbons et que d’un coup je demande que mes contraintes alimentaires s’appliquent à tous. Vous me diriez sans doute « Fanette, ta gueule, tu t’embarrasses toi-même et si tu as besoin qu’on te trouves une limonade sans sucre, demande au lieu de gueuler » et vous auriez bien raison.

On tente de nous plonger dans l’obscurité, et au milieu de tout ça, chacun se lance dans de grands élans lyriques pour tenter de rallumer la lumière. Pour cela, on se raccroche à ce que l’on connait, à ce qui nous est familier. Nous n’avons pas tous les mêmes repères (et heureusement, qu’est ce qu’on se ferait chier sinon) et il est normal que chacun se raccroche à ce qui lui procure de la joie. Et malgré tous mes efforts je ne vois pas comment un tweet, un dessin ou une note de blog qui suggère des manières de résister (et dont le ton fait penser que l’idée globale est quand même « ça ou autre chose, nous sommes tous frères face à l’horreur alors serrons nous les coudes. ») peut être plus excluant  qu’un bouquin vieux de plusieurs siècles qui interdit de faire la dite activité.  Et puisqu’on y est, on crie (à raison) au « pas d’amalgame » mais penser que tous les musulmans vont se sentir exclus par nos appels à l’apéro (qui rappelons le n’est pas forcément un apéro saucisson/pinard, si vous faites curly/coca, ça marche aussi) n’est-ce pas faire un amalgame ? Un musulman qui ne se sent pas exclu, un musulman qui vient partager nos apéro sans boire d’alcool lui-même, pire, un musulman qui aime bien s’en jeter un petit derrière le cornet de temps en temps est-il un moins bon musulman ? Pour des gens qui prônent l’ouverture, c’est pas un peu contradictoire comme logique ? Hm ? Allons ? Entre nous ?

Et n'oublions pas que l'alcool n'est pas seul à enivrer.

Et n’oublions pas que l’alcool n’est pas seul à enivrer.

Sur ce, mes amis, prenez soin de vous et de ceux que vous aimez. Dansez, chantez, dessinez, écrivez, rigolez, aimez, priez si ça vous fait du bien, buvez (non sans déconner, hydratez-vous, c’est important même hors de période de canicule) et surtout restez libres.

Je rêve ou tu es en train de baver ?

Ce matin (rappelons à toute fin utile et pour la postérité que nous sommes lundi), j’ai été réveillée par la douce voix de Florian Philippot qui braillait dans ma radio. Sur le coup j’ai cru à une pièce de boulevard, ce qui m’a paru quelque peu étrange. J’avais l’impression d’entendre un personnages de Feydeau type gros oncle bedonnant (ne me demandez pas pourquoi on le représente toujours comme ça, je ne comprends pas le pourquoi du comment de tous les codes du genre)  bourré à un repas de famille gueuler que « La commission européenne est l’ennemi des peuples, vous m’entendez bien, l’ennemie des peuples1 ! Et blablabla la France a peur, Léa Salamé, elle a peur2 ! »

Et c’est là que j’ai tilté qu’il était quelque part entre 7h50 et 7h58, que ma radio émettait dans le vide depuis une heure et que la semaine ne commençait pas franchement sur les chapeaux de roue de la joie, de l’allégresse et du bonheur de vivre ensemble.

Après ça c’est Papa FN qui a pété un plomb sur Twitter :

Voilà donc si pour certains la vieillesse est d’un naufrage, d’autre ont visiblement décidé que perdu pour perdu ils allaient saborder le navire à la hache, puis y foutre le feu et pisser par dessus bord (ah non on me signale que ça, ça n’a rien à voir, c’est juste un peu d’incontinence, ce sont des choses qui arrive quand on a jamais appris à rien retenir). A ce stade on ne sait plus très bien si c’est médical ou si c’est juste qu’il n’en a plus rien à foutre de rien vu qu’il n’a plus rien à perdre et que du coup il lâche les vannes.  Enfin là on est au stade du raz-de-marée quand même : une « mafia hétérophobe », au FN qui plus est (notez que Papa FN va se faire des copains à la Manif Pour Tous vu que ça fait deux jours qu’ils sont occupés à chier une pendule à treize coups parce que Marine a séché leur petite sauterie (aussi appelée QPPR : Question Pour un Président de Région ou Qui Pour Pourrir nos Régions, on ne sait plus trop bien) et que si on pouvait arrêter de dire qu’on voit où se trouvent leur soutien parce que hein d’abord c’est même pas vrai qu’ils ont surtout des copains au FN parce que Marine elle est même pas venue d’abord et si ça c’est pas une preuve qu’on a rien à avoir avec le FN même si tous les autres candidats FN de toutes les autres régions viennent parce que le FN n’existe pas sans Marine, le FN *est* Marine, youkaidi, youkaida vive Marine sauf quand elle vient pas nous voir cette salope mais refermons ensemble cette parenthèse qui dure depuis bien trop longtemps si vous le voulez bien) Marion n’a plus qu’à préparer sa planche pour surfer sur la vague.

Revenons-en à nos moutons3 cette semaine démarre donc mal, mais rassurez-vous, si vous marchez sur le FN du pied gauche, il parait que ça porte bonheur. A moins que ça ne soit du droit ? Dans le doute, faites les deux, on n’est jamais trop prudents. En attendant, et pour contrecarrer toute cette haine dès le lundi, pluie de coeurs, de paillettes, de licornes et d’arc-en-ciel sur vos maisons. Ça devrait au moins les protéger des mafias hétérophobes !

  1. Authentique.
  2. Moins authentique, mais je schématise à peine
  3. Kulunmouton !

Qu’ils mangent de la brioche.

A quelqu’un criant « morts aux cons », le Général de Gaulle aurait répondu « vaste programme ». Je dis aurait, parce qu’à force de voir cette anecdote à tous les coins du web mais à chaque fois légèrement différente (un coup c’est quelqu’un qui crie dans la foule, un coup c’est écrit sur une voiture, un coup c’est un de ses collaborateurs qui le dit), je commence à douter que le Général n’ait jamais dit quoi que ce soit de ce genre. Ça s’appelle une citation apocryphe. Ça n’enlève rien à sa saveur, mais ça reste plus honnête de ne pas lui donner de légitimité en invoquant le Général auréolé de gloire, amen.

De la même manière, cette citation de De Gaulle sur la France qui serait un pays de race blanche est une citation apocryphe. Elle est rapportée des années plus tard et bien après la mort du Général auréolé, pour le coup, de racisme, par Peyrefitte, qui était une sorte de conseiller image et communication, même si ça ne s’appelait probablement pas encore comme ça, qui aurait entendu son boss (De Gaulle donc, pour les trois au fond qui ne suivent pas) l’essayer pour un discours et décider que finalement non. Il est donc impossible de vérifier la véracité de cette phrase et, même si on ne voit pas bien pourquoi Peyrefitte aurait menti, il reste donc de bon ton de considérer qu’il s’agit d’une phrase que le Général de Gaulle a peut-être prononcée, mais peut-être pas. Un peu comme cette histoire de « sans-dents » attribuée à notre actuel président par sa moins actuelle compagne, même si là, on voit plus facilement pourquoi Trierweiller aurait pu mentir. Dans les deux cas, si ces phrases ont effectivement été prononcées par leurs auteurs, elles l’ont été dans l’intimité et s’ils ont tous les deux décidé de ne jamais les prononcer en public, c’est qu’il y a une raison. De la même manière, on peut supposer que les deux ont dit « Yvonne/Ségolène/Valérie/Julie1 y’a plus de papier. » ou « Yvonne/Ségolène/Valérie/Julie2 passe-moi le sel s’il-te-plait. » mais nous n’en seront jamais tout à fait certain et ça n’aurait, de toute façon, que peu d’intérêt pour briller en société.

Une citation apocryphe, ça peut aussi être une citation réelle, mais tronquée au point d’en changer le sens. Par exemple, la une de Charlie Hebdo « C’est dur d’être aimé par des cons » dont certains pas-rigolos mal intentionnés ont enlevé la légende « Mahomet débordé par les intégristes » pour faire dire au dessin et, par extension, à Cabu, que les musulmans sont tous des cons alors que non, les cons, ce sont les islamistes, ce qui est différent. Et figurez-vous que notre amie Nadine est fan de citations apocryphes sous toutes leurs formes. Ici, par exemple, elle cite Michel Rocard (notez qu’elle ne sait d’ailleurs probablement pas qu’il s’agit de Michel Rocard, sinon il y a fort à parier qu’elle s’abstiendrait) qui a bien dit que la France n’avait pas à accueillir toute la misère du monde mais (et c’est la partie que la droite aime bien oublier, parce que faut pas déconner non plus, on est pas chez les gauchos) « elle doit en prendre sa juste part ». Autrement dit, la citation de Rocard, utilisée ici pour dire qu’il faut refuser les quotas de migrants, dit, si on est honnête et qu’on la prend dans sa totalité qu’il faut les accepter. Epic fail.

Quant à savoir si Solange, son amie tchadienne donc plus noir qu’une arabe, est ou pas une amie apocryphe, l’enquête est toujours en cours et nous ne manqueront pas de vous tenir informés de ses rebondissements.

  1. rayez la mention inutile selon le président et sa compagne du moment.
  2. Idem.

Un bonbon ou une farce !

Pour Halloween, la Rédac des Trolls à lunettes se tient prête. Comprendre : tout le monde glande devant des films d’horreur en faisant genre c’est pour préparer la semaine. Colin a poussé le vice jusqu’à passer deux heures à découper des guirlandes Manif Pour Tous et Sarkozy pour les accrocher dans le bureau et me signale que demain il compte creuser une citrouille à l’effigie du prophète Mahomet mais qu’il hésite encore, pour le texte à y accoler, entre « inch’citrouille », « citrouille akbar » et « 10 minutes au thermomix si vous n’êtes pas morts de rire. »

En revanche, comme nous sommes plutôt du genre farceur et que les bonbons c’est mauvais pour les dents, on a décidé de n’en filer qu’aux mômes dont les déguisements font vraiment flipper1 et en plus d’engueuler ceux qui, en réaction, ne nous trollent pas avec suffisamment de créativité. Vous voilà prévenus, les nabots ! Si vous voulez passer une bonne soirée, il faudra soit sonner chez le voisin, soit faire preuve d’imagination et d’inventivité !

Mais j’y pense, si ça tombe, en fait les politiques sont juste lancés depuis longtemps dans un grand concours pour Halloween : celui de faire le plus peur aux français. Au grand concours de « La France a peur » (bientôt sur M6, votez pour votre candidat préféré en envoyant « lesétrangersdehors » ou « auxchiottesleurope » au 81212, 4€47 + prix d’un SMS et du lubrifiant).  Ça explique tout ! Quand Sarkozy parle de fuite d’eau, il vaut juste jouer à faire peur aux français à qui l’évocation d’une inondation de la cuisine un dimanche matin et surtout de la facture du plombier et de la bataille avec les assureurs qui ne vont pas manquer de suivre tournicote doucement l’estomac. Quand Christine Boutin dit que l’homosexualité est une abomination2, elle veut juste suggérer que la gay pride serait plus fun si elle se tenait fin octobre et que tout le monde était déguisé en créature de Frankenstein ! Quand Jean-Marie Le Pen appelle Jeanne d’Arc au secours, c’est simplement qu’il sent bien qu’à ce grand concours, sa fille est en train de lui passer devant. Quand les manifestants pour tous (participants au même concours mais en équipe) brandissent les étendards de la PMA et de la GPA, ils veulent parler de Partisans du Monde Ancien (un groupuscule qui essaye de compléter les rituels pour le réveil des Dieux Anciens et le retour de Cthulhu) et du Groupement des Passeurs d’Âmes. Tout s’explique !cthulhu pour tous

Ou alors c’est qu’il y a quelque chose, dans les mécanismes de la peur, qui permet de contrôler les masses. Et si c’était pour ça que le christianisme s’est tant appliqué à ses débuts à faire sauter tous les rites païens qui permettent de la conjurer, la peur, en les remplaçants par des rites tamponnés et approuvés par le Vatican (enfin Rome à ce moment là) ayant lieu le même jour3 qui implantent dans la tête des fidèles une peur de l’enfer dont l’Eglise promet ensuite de les sauver ? Et si, de la même manière, c’était les politiques qui nous mettaient dans la tête la peur de l’autre pour ensuite nous promettre de nous en sauver ? Je sais pas vous, mais moi je trouve ça plus flippant qu’une histoire de vampires.

  1. Double ration de chocolat si tu viens déguisé en Guignol et que celui que tu fais flipper c’est Bolloré.
  2. Tant que y êtes, allez donc jeter un oeil et une oreille au génial billet de Sophia Aram à ce sujet.
  3. Vous aviez remarqué que les fêtes chrétiennes tombent autour des solstices et équinoxes ?

Tout m’afflige et me nuit et conspire à me nuire.

« Les rétroviseurs changent de couleur. », « Mais pourquoi ce passeport n’a pas brûlé ? », « Tout ça porte la marque des services secrets ! », « Je sais ce que j’ai vu Scully, d’ailleurs David Vincent les a vus aussi. » Les théories du complot, qui se répandent plus vite que les chlamydias dans un lycée un soir de bal de fin d’année et dont il est encore plus difficile de se débarrasser, constituent un phénomène que je trouve à la fois fascinant et horrifiant.

Une des chose qu’on nous répète souvent quand on apprend à écrire, mettre en scène ou jouer (bref à raconter des histoires), c’est que la réalité comporte des incohérences, des absurdités, des improbabilités et des trop qu’on ne tolèrerait pas dans la fiction. Dans une fiction, une nana punk ne peut pas sortir avec un gars qui porte un costard, même hors du travail. Ce serait trop gros pour être crédible, on dirait que ça n’arrive jamais, que ces gens ne peuvent pas s’aimer. Pourtant, vous avez fait le tour de toutes les nanas au look punk1 pour vérifier qu’elles ne sortaient qu’avec des garçons (ou des filles d’ailleurs) au look similaire ? Dans la fiction, on ne tolèrerait pas qu’à un moment, le monde puisse tourner tellement vite que les pensées des personnages s’en trouvent complètement mélangées au point de confondre la couleur des yeux d’une amie avec celle des yeux d’un assassin. Et quand on commence à confondre réalité et fiction, on en tolère plus qu’un passeport ne brûle pas ou que le soleil, qui ne brille pas partout et tout le temps de la même façon, face apparaitre un rétroviseur chromé d’une autre couleur.

Quand on confond réalité et fiction, il est plus facile de croire que des tours s’écroulent pour une magouille politique interne incompréhensible comme dans les films que de croire que des fous à l’autre bout du monde puissent former des mecs à détourner puis piloter des avions uniquement pour les envoyer s’écraser, tuer des milliers de gens et terroriser tout un pays. Il est plus facile de croire à un complot que croire que des dessins puissent déclencher une tuerie en plein Paris. Et si des documents, fuités à l’insu du gouvernement, prouvent que non, il ne s’agit pas d’un putain de complot, alors le lanceur d’alerte est forcément aussi dans le coup, ce n’est pas possible autrement. J’ai toujours du mal avec les théories auto-régulatrices2. Si tu prouves qu’il n’y a pas de complot, alors tu as fabriqué des preuves et tu fais partie du complot. Sérieusement, une théorie qui par nature coupe court à toute réfutation et à toute discussion est forcément fumeuse.

Mais pourquoi ? Pourquoi toutes ces théories ont-elles tant d’adeptes ? Sont-elles plus faciles à croire (ou en tout cas à accepter) que la réalité ? Est-ce que ceux qui y croient manquent à ce point de repères qu’ils en perdent le discernement entre réalité et fiction ? Ou est-ce une volonté (inconsciente) de vivre une vie cool comme dans les films plutôt qu’une vie ennuyeuse ? Ont-ils trop regardé X-Files ? Ou au contraire pas assez ? Autant de questions auxquelles nous ne réussiront pas à répondre cette semaine. Notez que la certitude d’échouer de nous empêchera pas d’essayer, c’est louche, personne ne fait jamais quoi que ce soit tout en étant convaincu de son prochain échec, à tous les coups, il y a un complot derrière tout ça.

  1. Oui parce que si ça se trouve, le mec en costard a quand même un état d’esprit très punk, qu’est-ce qu’on en sait ?
  2. C’est ce qui me pose problème avec la psychanalyse : qu’on te dise que si tu as un problème avec la psychanalyse, c’est parce qu’elle te révèle des choses sur toi que tu n’es pas prêt à encaisser et donc qu’elle a raison, mais ce n’est pas du tout le sujet ici.

Le Synode : une réunion de 253 glands. On ne ment pas aux croyants.

Nous sommes en 2015 après le mec qui change la flotte en pinard, et une bande de prêtres, à l’initiative de leur chef (plus connu sous le nom, peu rock’n’roll malgré ce qu’on tente de nous faire croire, de Pape François) a décidé de se réunir pour débattre de la famille. Le Synode c’est un peu des Universités d’été pour curetons. Ils se réunissent pour picoler, ce qui est, chez eux, socialement acceptable puisque c’est le sang du Patron (toute personne sensée vous dira pourtant que boire du sang à la paille, même symboliquement, n’est jamais de bonne augure) avec pour prétexte de mener une réflexion poussée sur un sujet de fond.

Le Synode c’est donc 253 mecs (la parité c’est pas pour après-demain) qui se regroupent pour discuter de la famille alors que ce qui les réunit c’est leur profession qui implique justement de jurer leur mère qu’ils n’en auront jamais, de famille1. Un détail qui ne les empêche pas de se croire les plus qualifiés pour mener à bien ce genre de réflexion c’est dire s’ils ont confiance en leurs moutons en leurs fidèles. Au terme d’un temps certain, ils aboutiront sans doute, ces mecs n’ayant aucun sens ni de la surprise ni du coup de théâtre, à la conclusion que la famille c’est Papa dans Maman (seulement en période d’ovulation et sans contraception sinon c’est péché !) et une ribambelle de lardons (à tel point que les ainés devront sacrifier leur adolescence pour s’occuper des plus jeunes, mais tout ça dans l’amour et le respect de chacun youkaïdi youkaïda) avec des prénoms improbables tels qu’Albéric, Tugdual, Anne-Marie-Sophie,  ou encore Childéric Premier.

On pourrait penser que dans un pays civilisé comme le notre2 on n’en aurait rien à secouer de ce que pensent 253 pingouins en robe (on en parle d’ailleurs des puceaux en robe qui nous expliquent ce que c’est un homme et ce que c’est qu’une femme ou y’a que moi que ça surprend ?) de la famille ou de n’importe quoi d’autre d’ailleurs. C’est sans compter sans une bande d’illuminés qui viennent nous polluer visuellement avec des affiches pour demander l’abrogation d’une loi qui n’existe pas, faire office de lampadaire devant nos mairies et brailler des slogans pourris, mais bordel que quelqu’un les fasse taire ils font passer notre pays pour un pays d’arriérés tout ça en permettant à leurs adhérents de déduire 66% de leurs dons des impôts puisqu’ils sont maintenant un parti politique, ce qui ne les empêche pas de brailler que le gouvernement veut tuer la famille quand il réduit les allocations familiales pour les familles pétées de tune3 et oh mon Dieu notre fille Marie-Charlotte va devoir renoncer à ses cours de poney ou de clarinette car nous ne pourrons plus financer les deux sans rogner sur nos vacances au ski ou au Club Med, pauvres familles, mais qu’est ce que vous venez me faire chier avec la famille de Karim qui n’a même pas les moyens d’inscrire le môme au club de basket ou celle de Sophie, mère célibataire qui peine dès qu’un de ses mômes a besoin de chaussures neuves, je vous parle de MA famille qui est meilleure que toutes les autres la preuve elle est approuvée par le Synode de l’Eglise et de toute façon la laïcité c’est juste pour forcer les petits bougnoules à bouffer du porc à la cantine et éviter qu’ils viennent nous grand remplacer4, mais après tout nous ne sommes plus à une aberration prêt avec les fous de Dieu.

article ici : http://www.bfmtv.com/international/video-quand-un-pretre-italien-tente-de-justifier-la-pedophilie-920967.html

Article à lire chez BFM et sur FuckYeahVictimShaming!

  1. Admettez quand même que c’est aussi cohérent que si un groupe de gus souffrants d’allergies aux arachides rendait un moratoire sur les curlys.
  2. Oui je considère que la séparation de l’Eglise et de l’Etat et la laïcité sont des indices de Civilisation.
  3. Indice chez vous : Moins on fait rentrer de tune via les impôts, moins on peut se permettre d’en ressortir
  4. Vous aurez bien entendu reconnu la Manif Pour Tous, mais aussi un peu leurs cousins de Civitas.