#LaGastroPlusJamaisCa

Kikoo les filles, aujourd’hui je viens vous parler de ma routine cheveux frisés spéciale temps humide.

Pas crédible hein ? J’essaye de trouver une reconversion professionnelle suite à mon dernier entretien à Pole Emploi. J’avais pensé à instagrameuse de chatons, mais avec mes allergies c’est un peu chaud.

Bon soyons sérieux deux minutes (qui a dit « lol » ?), je viens vous parler d’un article que j’ai lu dans Madame Figaro. ON RIGOLE PAS J’AI DIT QUE C’ETAIT SERIEUX ! Oui, je suis tombée sur un article de Madame Figaro (ou du Figaro Madame, je sais pas comment on dit) que voulez-vous, il y a tout et n’importe quoi (ou plutôt tout et n’importe qui) sur Twitter. Riss (à qui on envoie une pluie licornes à paillettes) devait avoir raison ce matin quand il disait que les réseaux sociaux sont un hôpital psychiatrique à ciel ouvert, il a juste oublié de préciser qu’en plus il y pleut tout le temps. Bref l’article est donc ici, et je ne vous encourage pas à le lire, c’est juste par soucis d’honnêteté intellectuelle que je vous mets le lien. Je vous résume : ça parle des célébrités qui étalent leurs maladies sur les réseaux sociaux, du cancer de Shannen Doherty à la gastro de Justin Bieber en passant par le lupus de Selena Gomez).

Alors pourquoi c’est de la merde ?

Déjà et vous l’aurez deviné, parce que ça met sur le même plan une maladie potentiellement mortelle, une maladie auto-immune invalidante et un virus que les enfants de maternelle choppent deux fois par an. Ensuite, et je vous le dis au cas où vous auriez suivi mes conseils et donc pas lu l’article, parce que ça dit que c’est une mauvaise chose.

Alors, parler de sa gastro est-ce nécessaire ? Non. Fait-il s’abstenir de le faire ? Si c’est sur Instagram, oui, s’il-vous-plait.

Parler de maladie grave, ou chronique, est-ce nécessaire ? Oui (mais ce n’est pas obligatoire, chacun fait comme il veut). Soyons honnête, si Madame Michu votre gardienne d’immeuble développe un lupus, tout le monde s’en fout. Si c’est Selena Gomez, déjà ça commence à intéresser les masses et à partir de là on peut essayer de faire quelque chose de positif pour tout le monde (et surtout les personnes atteintes).

Exemple de choses biens qui peuvent arriver aux personnes malades si une star™ développe ou choppe une maladie grave (ou chronique du type « très chiant mais pas grave ») :

  • On parle de la maladie en question. Des articles peuvent même être écrit dessus. Dans les cas extrêmes, les gens sont sensibilisés et arrêtent de sortir des absurdités et/ou des lieux communs aux malades de leurs entourages voire se montrent plus attentifs et attentionnés pour toutes ces petites choses du quotidien qui te paraissent rien quand tu es en bonne santé mais peuvent devenir avec certaines pathologies de vrais parcours du combattant.
  • Les malades se sentent moins seuls. Ça peut paraître con quand le pire qu’on a eu c’est une grosse grippe, mais la maladie, ça isole vite. Tout ce qui peut aider à briser cet isolement, y compris un peu de visibilité est toujours bienvenu.
  • Ça casse ce mythe du corps parfait et en bonne santé auquel tout aryen qui se respecte tout le monde doit aspirer et qui n’existe pas. Je suis désolée, mais qu’une mannequin ou même Kim Kardashian ose parler de son psoriasis, qui en plus d’être une maladie de peau pas jolie à voir est parait-il particulièrement inconfortable, si ça doit aider un(e) môme qui en souffre et a honte, eh ben je suis pour.
  • Ça fait chier Madame Figaro (ou le Figaro Madame ? hof osef) visiblement.

Et, par soucis de montrer l’exemple, j’allais conclure sur une photo des marques de piqûres sur mon ventre, mais hasard du calendrier, je ne me suis pas loupée suffisamment cette semaine pour avoir un bleu énorme (ce qui est une bonne nouvelle techniquement, merci de vous en réjouir).

TL;DR : Fuck Madame Figaro.

 

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblrmailby feather

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *