Fin du game de la communication.

Oubliez Enjoy Phoenix, oubliez d’ailleurs tout ce que vous croyiez savoir. Dans une crise de yolo ultime (ou dans un effort pour avoir l’air jeune et cool qui en vient à évoquer Benjamin Button plus que la communication politique) les équipes d’Alain Juppé ont jugé bon de nous faire un petit tuto, en animation de synthèse, il faut bien le dire assez moche, pour nous expliquer comment aller voter à la primaire de la droite (et du centre, n’oublions pas le centre, Alain Juppé y tient et pour cause, s’il passe cette primaire, ce sera grâce aux centristes voire aux gauchistes). On y apprend donc que tout le monde peut voter, toi plus moi plus tous ceux qui le veulent sans oublier lui, elle et tout ceux qui sont… déçus du hollandisme, selon la formule chère au plus swag des candidats (derrière Bruno Le Maire qui va au débat sans cravate mais ce n’est pas le sujet). Et on peut même y aller en famille, entre amis, avec son chien, son amant, sa voisine du dessus, son boucher et sa boulangère. Comme ça c’est convivial. Youpi.

Je me demande si à la fin on a une petite poupée à l’effigie d’Alain Juppé …

Et pour ceux qui se demandent comment j’ai trouvé ceci, c’est arrivé dans la boîte mail que j’ai utilisé pour m’inscrire au grand meeting des Jeunes avec Juppé (oxymore #RéviseTesFiguresDeStyle) dont le compte-rendu est ici.

Courage, Confiance et Crédibilité

C’est le slogan des Jeunes avec Juppé. Enfin il parait, j’ai plutôt eu l’impression que leur slogan c’est « On va gagner ! » mais dans la mesure où ça a l’air d’être le slogan partout, tout le temps de tous les supporters de candidats à la présidentielle (ou dans ce cas de candidat à la candidature), j’ai peur qu’il ne finisse par y avoir bon nombre de déçus.

Et donc comment je sais que c’est le slogan des Jeunes avec Juppé (on ne s’y fait pas) ? Eh bien parce que je suis allée à leur meeting. Franchement, c’était pas prévu ni rien mais ceci est arrivé dans mes messages privés sur Twitter sans prévenir et admettez que dit comme ça, c’est dur de résister.

Un apéro, ça ne se refuse pas.

Un apéro, ça ne se refuse pas.

Et au cas où j’hésiterais encore à me déplacer (c’est loin, il fait froid et le samedi y’a quand même pas mal de choses plus fun à faire qu’aller à des meetings politiques) les JAJ avaient l’argument ultime pour me convaincre.

Passons sur l'utilisation farfelue des pronoms pour se concentrer sur l'essentiel : Il y a des goodies Alain Juppé qui circulent dans ce pays.

Passons sur l’utilisation farfelue des pronoms pour se concentrer sur l’essentiel : Il y a des goodies Alain Juppé qui circulent dans ce pays.

A ce stade mon problème principal n’a plus tant été ma motivation que ma totale incapacité à contenir mes fous rires. Et de fait, une fois sur place, j’ai tellement toussé à étouffer mes rires que j’ai eu peur de voir débarquer le staff médical et de me voir mise en quarantaine pour éviter que je ne refile une pneumonie à un candidat encore moins jeune qu’Hillary Clinton.

Mais alors, allez-vous sans doute me demander, ces Jeunes avec Juppé qui sont-ils ?

Déjà je pense que ce sont des gens de goût. Quand je suis passée devant la ribambelle de jeunes en tshirt (mais que fait Emmanuel Macron ?) « AJ 2017 » chargés d’indiquer le chemin du meeting, y’en a un qui a dit « mignonne ! » Eh ouais les meufs, vous pouvez rager tant que vous voulez mais j’ai le potentiel séduction pour pécho du jeune juppéiste. On a le swag ou on l’a pas.

Ensuite ce sont des gens un peu tyranniques. Pour rentrer au meeting tu es obligé d’avoir ton badge apparent. Alors ok, on te file le badge quand tu t’enregistres, on pourrait dire que c’est pour la sécurité, mais je suis désolée, 100% des gens qui arborent un badge « Jeunes avec Juppé » c’est stalinien. D’autant que jeune, c’est un concept vague quand même, ça allait environ de 7 à 77 ans. Je ne rigole pas, j’ai vu au moins trois mômes, dont un qui était plus à fond que si on l’avait emmené voir Guignol d’ailleurs … Quant au concept de « avec Juppé », il n’est pas forcément plus évident pour tous. J’en tiens pour preuve le nombres d’apprentis journalistes qui se baladaient calepin à la main et étaient, comme moi, forcés de circuler leur badge de jeune juppéiste fièrement épinglé sur la poitrine (je m’en fous, j’avais épinglé le mien à gauche). Confiance, courage et crédibilité on a dit. Si vous trouvez la mienne, de crédibilité, merci de m’appeler.

–  Ah t’as mis ton badge.
– Je suis jeune
– Et t’es avec Juppé ?
– Je suis avec Juppé… aujourd’hui.
#EntenduAuxJAJ

Les JAJ (l’acronyme me fait rire parce qu’il me fait penser aux JMJ) sont aussi un peu amnésiques ou, vu leur âge, membre de la team « je sais pas j’étais pas né ». Pourquoi ? Parce qu’ils sont persuadés que « La jeunesse portera Alain Juppé au pouvoir comme elle a porté en 1995 Jacques Chirac » et je ne suis pas bien convaincue que faire référence à l’année où des grèves ont paralysé le pays suite à un projet de réforme de leur candidat alors Premier Ministre soit une bonne idée. Sans compter que ce premier mandat de Jacques Chirac s’est terminé en 2002 et d’accord entre temps Jacques Chirac avait décidé de dissoudre l’Assemblée Nationale dans une crise de yolo jusqu’à lors inégalée et Lionel Jospin avait succédé à Alain Juppé à Matignon, mais enfin, tout de même, globalement, évoquer comme référence le premier mandat de Jacques Chirac me semble une cabriole hasardeuse, surtout quand on compte rallier les déçus de la gauche pour passer les primaires.

Bon, mais ça n’a pas causé que de 1995 à ce grand meeting jeunes d’Alain Juppé. Ça a aussi causé Jeunes. Je sais c’était un petit peu attendu, mais ils ont tellement survendu le truc que c’en est devenu gênant. C’est bien simple, « jeunes », « jeunesses » et autre mots du champ lexical du moins de trentisme ont été employés tellement souvent que s’ils avaient bu une gorgée de bière à chaque fois, le Hellfest serait passé pour la foire à la grenadine en comparaison. Dites le clairement une bonne fois pour toute « non notre candidat n’est pas décrépi » et passez à autre chose, ce sera plus subtil.

Consommation personnelle d'un militant ayant décidé de s'engager dans le drinking game sus-décrit.

Consommation personnelle d’un militant ayant décidé de s’engager dans le drinking game sus-décrit.

Ça a aussi causé de Nicolas Sarkozy et du danger de son climato-scepticisme et de ses ancêtres gaulois, de Marine Le Pen et du danger de … Marine Le Pen, de François Hollande et de son échec, notamment face à la jeunesse et du fait qu’il a rendu plus difficile l’accès à la contraception (j’ai pas bien compris en quoi, mais si quelqu’un a des infos, je prends).

Alain Juppé a également pris une minute pour se féliciter du soutien essentiel d’Hervé Mariton. Non je déconne. Mais les jeunes avec Mariton étaient là quand même.

Ils étaient deux.

Ils étaient deux.

Par contre ça a vraiment causé de Bruno Le Maire sans faire exprès. Un maladroit a osé avancer qu’Alain Juppé c’est le renouveau. Ce qui a lui a valu quelques sifflets au prétexte que « non ça c’est Bruno » et puis le renouveau qui est au pouvoir depuis 1986 (en tant que ministre délégué au budget) soit depuis avant la naissance de la plupart des participants, je trouve ça un peu lol.

Je conclurai ce voyage en terre inconnue par ma citation préférée de cette après-midi surréaliste :

La France est un énorme navire, elle a besoin d’un capitaine, d’un homme d’expérience.

Diane Tell présidente !

Quelle journée.

Ahlala quelle journée.

La journée de la gentillesse Républicaine

Et par Républicaine, je veux bien sûr dire ex-UMPiste. Vous pourrez arguer que la gentillesse commencerait pas ne pas faire de hold-up sémantique sur des valeurs communes à tous les Français et à tous les partis politiques1 pour se refaire une virginité quand on 47 affaires au cul (au dernier recensement, mais ça va tellement vite …) mais soyons gentils nous même et ne nous arrêtons pas à ce genre de détails2. Mais bref, que font donc nos amis pour être gentils aujourd’hui ?

Autant vous le dire tout net : Sarkozy n’a RIEN fait. Copé essaye depuis ce matin de lui expliquer que la gentillesse c’est faire quelque chose qui ne serve pas ses intérêts, Nico est complètement aux fraises. Fillon a décidé pour sa part d’être gentil avec Copé, il lui apporte un verre d’eau toutes les deux heures et un morceau de cuir pour mordre dedans, ça passe les nerfs.

Juppé, de son côté, a payé une tournée à ses jeunes. Oui il y a des jeunes avec Juppé, non ce n’est pas un gag. Ne me regardez pas comme ça, je comprends pas plus que vous. Peut-être que ce sont les Benjamin Button de l’engagement politique et que dans trente ans ils seront à fond derrière la petite Giulia Sarkozy qui se lancera sur les traces de son papa. Signalons quand même qu’Alain Juppé est à zéro tant sur l’altruisme (encore que les jeunes sont déjà à fond et leur payer un coup ne lui fera pas gagner d’électeurs alors mettons) que sur l’originalité.

Gérald Darmanin pour sa part a invité douze journalistes à manger, ce qui aurait pu être gentil s’il ne s’était pas s’agit de journalistes femmes et de dîners en tête à tête. Ça s’appelle du harcèlement ça Gérald et ce n’est ni gentil ni séduisant en revanche c’est macho et couillon et admettons le, du coup, ça te va bien mais il faut absolument que tu perdes cette détestable habitude. Le conseil, c’est gratuit, c’est la journée de la gentillesse après tout. Je ne te fais pas la bise, j’aurais peur que tu l’interprètes mal et que la situation dégénère.

Mais cessons de dévier et tâchons de trouver un Républicain (mon cul) qui a réussi sa journée de la gentillesse. Tiens nous ne sommes pas allés voir NKM. Comment s’est passé sa journée ?

6809243ENCORE ? Mais c’est pas possible … J’espère qu’elle a payé son paquet au moins mais vu qu’elle ne fume pas (regardez comment elle tient cette clope, j’ai vu des gamins plus convaincants avec des cigarettes en chocolat) c’est même pas garanti …

Non c’est triste à dire mais il semblerait que la seule qui ait réussi sa journée ce soit Valérie Pécresse qui a marché à l’encontre de toutes ses convictions pour participer à une gay pride3.

  1. A une ou deux exceptions près, suivez mon regard.
  2. Et ne faisons pas de vannes sur les négationnistes que je ne nommerai pas mais suivez mon regard, oui, oui toujours dans la même direction.
  3. Voir photo tout là-haut, mais non, pas sur la colline, revenez bande d’andouilles !

Halloween dans le camp d’en face

Nous vous racontions hier comment le gouvernement prépare Halloween. Intéressons-nous aujourd’hui au camp d’en face, plus connu sous le nom de Les Républicains ou de ex-UMP pour ceux qui pensent que républicain et financement de campagne par la Libye ce n’est pas compatible (et Dieu-qui-n’existe-pas sait qu’ils sont nombreux). Et laissez-moi vous dire qu’ils ne font pas les choses à moitié !

Hier matin, Nicolas Sarkozy s’est fâché tout rouge en arrivant au siège des Républicains (mon cul) : il a trouvé un costume d’Iznogoud dans son casier alors que c’est lui le chef, si quelqu’un mérite le costume d’Iznogoud dans cette histoire, c’est bien ce vieux caribou d’Alain Juppé qui fait rien qu’à essayer de lui piquer sa place à la primaire. Du coup, de rage, il a bourré le costume dans le casier de Juju qui l’a découvert en rentrant d’un meeting avec ses jeunes1. Il a été un rien confus, surtout quand après essayage, il s’est avéré que le costume lui arrivait péniblement à mi-mollet. Il a alors remis ce costume dans le casier de son chef de parti avec une petite note : « Nico, j’ai trouvé ça dans mes affaires mais c’est beaucoup trop petit, je pense qu’un stagiaire a intervertit deux paquets. Bises. A. » Là Sarko a pété les plombs, piqué une colère, fait pipi par terre et s’est roulé dedans. Puis il a commencé à enquêter, tel le juge Gentil. Ce matin, il n’a toujours pas trouvé le coupable, mais c’est un costume de Sherlock Holmes qui était dans son casier2.

Pendant que Naboléon s’excite, ses collègues, globalement indifférents (quand quelqu’un gueule en permanence, au bout d’un moment, on ne fait plus gaffe) préparent la fête à leur manière. NKM mange des Carambars avec des SDF, puis elle rentre au QG par la ligne 13 aux heures de pointes où elle vit des moments de grâce en distribuant des bonbons qu’elle se fait renvoyer dans la tronche plus souvent qu’elle ne veut bien l’admettre. De son côté Rachida Dati a prévu un tailleur de chez H&M pour se déguiser en prolo et Valérie Pécresse arbore un beau pull rose et bleu de la Manif Pour Tous … Ah pardon, on me signale dans l’oreillette qu’il s’agit de ses habits de tous les jours, au temps pour moi3.

Nadine Morano, bien qu’exclue du parti, n’est pas en reste. Elle a prévu d’aller sonner à la porte du siège avec son amie Solange4 costumées « elle en moi et moi en elle ». L’histoire ne dit pas si Solange est d’accord ou si elle trouve que ça va bien maintenant les conneries et l’instrumentalisation fous-moi la paix deux minutes Nadine, merde. Vivement samedi.

  1. Les fameux « Jeunes avec Juppé », cette partie là n’est pas une blague, ces gens existent.
  2. Soit dit en passant, c’est ridicule, Sherlock Holmes aurait résolu l’enquête dans la journée, visiblement, on ne lit pas beaucoup non plus chez Les Républicains (mon cul)
  3. #ValérieNonMerci
  4. Oui car figurez-vous que sa meilleure tchadienne donc plus noire qu’une arabe a un nom, ici aussi, on a été surpris de l’apprendre.